Alfred Adler

Rédigé le 17/11/2017
Groupe ESC Clermont

Médecin et psychothérapeute autrichien, fondateur de la psychologie individuelle. (1870 - 1937)

" Les états affectifs manifestent, renforcés, ce que nous avons appelé les traits de caractère. Ce sont, délimitées dans le temps, des formes du mouvement de l'organisme psychique, qui, sous la pression d'une nécessité connue ou inconnue de nous, s'extériorisent comme une décharge soudaine et qui, comme les traits de caractère, sont orientées vers un but. "
 
" De la connaissance de l'âme humaine résulte d'emblée un devoir, une mission qui, en deux mots, consiste à briser les cadres où un homme est enfermé, pour autant que ces cadres s'avèrent non appropriés à la vie; il faut lui ôter la fausse perspective qui le fait errer dans l'existence, et lui en présenter une autre, plus adéquate à la vie collective et aux possibilités de bonheur que peut comporter son existence. "
 
" Nous ne sommes pas influencés par les " faits ", mais par notre opinion sur les faits. Notre certitude plus ou moins grande d'avoir formulé des opinions correspondant aux faits se base entièrement, surtout chez les enfants inexpérimentés et les adultes antisociaux, sur l'expérience insuffisante et sur la rigidité de notre opinion, ainsi que sur le succès de nos actions correspondant à notre opinion."
 
" La recherche de la supériorité s'extériorise aussi par le fait qu'elle retient l'individu sur une ligne de retraite devant le problème social ou qu'elle lui impose de le contourner. Retenue dans l'opposition " oui - mais ", elle lui impose une opinion qui tient compte davantage du " mais " et qui retient si bien son attention qu'il s'inquiète uniquement ou presque des effets de son état de choc. "